LEXIQUE OPHTALMOLOGIQUE

Le plein d’infos pour y voir plus clair !

+ - Astigmatisme

Défaut visuel caractérisé par une vision déformée des images notamment des lignes, dû à un défaut de courbure de la cornée.

+ - Blépharite

Une blépharite est une inflammation, le plus souvent chronique, du bord palpébral.

Il existe 2 formes cliniques qui peuvent être associées :

– Les atteintes antérieures concernant le versant cutané du bord palpébral (bord libre et cils) telles que les blépharites staphylococciques séborrhéiques ;

– Les atteintes postérieures, aussi appelées « dysfonctionnements meibomiens », concernant le versant muqueux du bord palpébral. Le dysfonctionnement meibomien se caractérise par un meibum trop visqueux pour sortir naturellement des glandes de Meibomius lors du clignement. L’obstruction des orifices de ces glandes perturbe la couche lipidique du film lacrymal ce qui entraîne une sécheresse oculaire par hyperévaporation des larmes.

La symptomatologie est commune aux 2 formes cliniques (rougeurs, bord palpébral gonflé, sécrétions et croûtes). Dans les formes antérieures, l’atteinte des cils est prépondérante (cils courts, cassants voire chute ciliaire). Dans les formes postérieures, on observe des sécrétions épaisses, une sécheresse oculaire et souvent des chalazions à répétition chez les enfants.

+ - Cataracte

Opacification partielle ou totale du cristallin gênant le passage de la lumière. Dans la plupart des cas la cataracte est liée à l’âge.

La cataracte liée à l’âge est la première cause de cécité dans le monde (48%). Cela représente 18 millions de personnes.*(*Source OMS)

En France, elle touche plus de 60 % des personnes de plus de 85 ans.

+ - Cécité

Etat d’une personne privée de toute vision.

+ - Conjonctive

Membrane qui recouvre la face antérieure de l’œil et l’intérieur des paupières.

+ - Conjontivite

Inflammation de la conjonctive d’origine allergique, virale ou bactérienne. Elle se manifeste par des démangeaisons, des rougeurs, des larmoiements et une sensation de sable dans l’œil.

+ - Cornée

Membrane fine et transparente à la surface de l’œil recouvrant l’iris et la pupille. Elle constitue la première lentille du système optique oculaire.

+ - Couche aqueuse

Couche intermédiaire du film lacrymal constituée d’eau (98%), de mucines, de protéines anti-inflammatoires. Elle est sécrétée par les glandes lacrymales et assure des fonctions de défense et nutrition de la surface oculaire.

+ - Couche lipidique

Couche superficielle du film lacrymal constituée de meibum et de phospholipides. Essentiellement sécrétée par les glandes de Meibomius, elle limite l’évaporation des larmes et joue un rôle de lubrifiant entre la cornée et les paupières.

+ - Couche mucinique

Couche basale du film lacrymal constituée de mucines qui rendent la surface oculaire hydrophile. Elle permet l’adhésion du film lacrymal à la surface oculaire et participe à sa stabilité.

+ - Cristallin

Lentille interne de l’œil qui assure la netteté des images grâce à la modification de sa courbure lors de l’accommodation. Si le cristallin perd son élasticité, il est responsable de la presbytie et s’il devient opaque, il est responsable de la cataracte.

+ - DMLA

Maladie de l’œil pouvant apparaître avec l’âge. Elle affecte le centre de la rétine, appelé la macula, et entraîne une perte de la vision centrale sans altérer la vision périphérique.

La DMLA est la troisième cause mondiale de déficience visuelle et représente 8,7% des causes de cécité. C’est la première cause de déficience visuelle dans les pays industrialisés.

Le principal facteur de risque est l’âge. D’autres facteurs de risque adjuvant sont incriminés, comme le tabagisme, l’influence génétique, le degré de pigmentation (risque plus important en cas d’iris clair), l’hypertension artérielle, les ultraviolets et un déséquilibre alimentaire. * (*Source : OMS)

+ - Film lacrymal

Le film lacrymal assure des fonctions nutritives ainsi qu’une protection mécanique, chimique et anti-infectieuse de la surface oculaire.

Il est constitué de 3 couches :

– La couche mucinique

– La couche aqueuse

– La couche lipidique

L’intégralité de la couche lipidique est primordiale : son altération entraîne une hyperévaporation des larmes et donc une sécheresse oculaire.

lex-film-lacrymal

+ - Glandes de Meibomius

Les glandes de Meibomius ont été nommées par Meibom H. qui les a décrites pour la première fois en 1666. Elles se situent sur le bord libre des paupières et sont au nombre de 30 à 40 pour la paupière supérieure et de 20 à 30 pour la paupière inférieure.

Elles sécrètent une substance huileuse, le meibum, qui constitue la couche lipidique du film lacrymal.

+ - Glandes lacrymales

Glandes qui produisent les larmes.

+ - Glaucome

Maladie oculaire dûe à une montée de la pression oculaire entrainant une atteinte du nerf optique et du champ visuel. On distingue principalement le glaucome aigu (ou glaucome par fermeture de l’angle) qui est relativement rare et le glaucome chronique (ou glaucome à angle ouvert), forme la plus fréquente.

Le nombre estimé de personnes aveugles en raison d’un glaucome primitif est de 4,5 millions et représente plus de 12% de la cécité mondiale.*(*Source OMS)

+ - Hypermétropie

Défaut visuel caractérisé par une vision plus nette de loin que de près, dû à un oeil trop « petit » ou pas assez puissant. Par conséquent, les images se forment en arrière de la rétine.

+ - Hyperévaporation des larmes

Cause majeure de la sécheresse oculaire (80% des cas). La couche lipidique du film lacrymal est altérée et n’assure plus son rôle antiévaporatif malgré la production de larmes en quantité suffisante.

+ - Hyposécrétion des larmes

Production insuffisante de larmes par les glandes lacrymales.

+ - Iris

Partie colorée visible de l’œil. Sa contraction ou sa dilatation règle la quantité de lumière pénétrant dans l’oeil par la pupille.

+ - Liposome

Vésicule sphérique de quelques dizaines à quelques milliers de nm de diamètre, constituée d’une ou de plusieurs bicouches de phospholipides.

lex-liposome

+ - Macula

Zone centrale de la rétine qui permet la vision fine (ou centrale), c’est-à-dire par exemple la lecture, la reconnaissance des détails, des visages, la conduite automobile…

+ - Meibum

Substance huileuse produite par les glandes de Meibomius. Son rôle est de freiner l’évaporation des larmes.

+ - Myopie

Défaut visuel caractérisé par une vision floue de loin mais nette de près, dû à un oeil trop « long » ou trop puissant : la distance entre la cornée et la rétine est trop importante. Par conséquent, les images se forment en avant de la rétine.

+ - Nerf optique

Nerf qui transmet les images sous forme d’influx nerveux au cerveau. Il mesure environ 5 mm de diamètre et 35 à 55 mm de long.

+ - Phospholipides

Lipides amphiphiles : ils sont constitués d’une partie hydrophile et d’une partie hydrophobe.

+ - Presbytie

Défaut visuel caractérisé par une difficulté à voir de près, dûe au vieillissement naturel du cristallin qui perd sa souplesse et par conséquent ses capacités d’accomodation. La presbytie se corrige avec des verres adaptés.

+ - Pupille

Ouverture centrale de l’iris par laquelle les rayons lumineux pénètrent dans l’œil vers la rétine.

+ - Rétine

Membrane nerveuse tapissant le fond de l’œil sur laquelle se forment les images directement transmises au cerveau.

+ - Sécheresse oculaire

La sécheresse oculaire est une maladie des larmes et de la surface de l’œil qui entraîne des symptômes d’inconfort, une perturbation visuelle, et une instabilité du film lacrymal avec des lésions potentielles de la surface oculaire.

Il en existe 2 types:

  • La sécheresse oculaire due à une insuffisance lipidique
    (80% des cas)
  • La sécheresse oculaire due à une insuffisance lacrymale

Voir +

+ - Spray oculaire

Solution à vaporiser directement sur l’oeil. (Voir +)

Alternative simple aux collyres et pommades ophtalmiques.

+ - Syndrome de Gougerot-Sjögren

Maladie auto-immune se manifestant par un syndrome sec, touchant plus particulièrement les glandes salivaires et les glandes lacrymales. Il touche 0,1 à 0,4% de la population. Parmi les personnes atteintes, les femmes représentent 90% des cas.